© 2018 Fondation Dr C. Kousmine 

logo fondation kousmine suisse

LES 6 PILIERS DE LA MÉTHODE KOUSMINE

L'alimentation
L'hygiène intestinale
L'équilibre acido-basique
Les Nutriments & les vitamines
L'immuno-modulation
Le psychisme
 

Une alimentation consciente
«Je serai demain ce que je mange aujourd'hui », les erreurs alimentaires du monde civilisé résident essentiellement dans :

  • une consommation excessive de viande, graisses, beurre, laitages gras, dans l'introduction de graisses végétales, d'huiles ordinaires ...

  • une faible consommation de fruits, salades et légumes frais,

  • une quasi absence d'huiles garanties de première pression à froid, de céréales complètes et de légumineuses.

  • En résumé, il y a trop d'aliments sucrés, gras, raffinés, cuits et pas assez d'aliments vivants, crus, complets, naturels.

"Petit déjeuner de roi, repas de midi de prince, repas du soir de pauvre" :

  • Dix pour cent d'aliments crus au minimum au début de chaque repas et selon tolérance (salades, fruits, céréales germées ou fraîchement moulues/broyées).

  • Introduction de la Crème Budwig au petit déjeuner.

  • Consommation d'aliments de production naturelle et fraîche, saine si besoin : Jeûne sous surveillance médicale, au cours duquel sont pratiqués des lavements intestinaux suivis d'une instillation d'huile de tournesol, riche en acide gras oméga 6 pour la régularisation du système digestif.

  • Cuisson à la vapeur de préférence, avec adjonction d'un filet d'huile "Kousmi'Life" crue sur les aliments, dans l'assiette.

  • Banir défitivement le four à micro-ondes.

  • Consommation quotidienne d'huiles garanties de première pression à froid, obtenues en dessous de 40 'C et sans solvant, filtrées sur papier avant d'être mises en bouteille : cameline, germe de blé, noix, colza, tournesol, olive. Mis à part l'huile d'olive, elles doivent être conservées au réfrigérateur une fois la bouteille entamée et ne se cuisent pas sous peine de dénaturer leurs acides gras insaturés de forme biologique 'cis'. Seule l'huile d'olive supporte une température de 140°C et peut servir à rôtir viande et poisson.

  • Une alimentation saine et équilibrée nécessite deux cuillères à soupe par jour (30 grammes) d'huiles crues, émulsionnées comme dans la crème Büdwig ou en assaisonnement des crudités et légumes. * L'huile Kousmi'Life est ajoutée crue dans l'assiette sur les légumes, pommes de terre, céréales ou le poisson.

  • Les herbes aromatiques, épices et sel (non raffiné) offrent une vaste palette de goûts pour enrichir une alimentation Saveurs-Santé.

  • Consommation quotidienne de fruits, salades et légumes frais pour leur richesse en vitamines, sels minéraux, oli!méléme Leurs fibres contribuent à l'équilibre de la flore intestinale tian du transit, processus de «nettoyage- de l'intestin. Elles la sorte à la prévention des maladies intestinales.

  • Consommation quotidienne de céréales complètes, crues moulues ou cuites : orge, avoine, riz, millet, sarrasin; maïs, épeautre, pil-pil, boulghour (cuits). Moulues fraîchement les céréales complètes conservent toute leur valeur nutritive grâce, notamment, à leur enveloppe et leur partie germinative riches en oligo-éléments, enzymes, lécithines ...

  • Consommation de légumineuses : pois chiches, haricots, soja, lentilles. A consommer cuites après trempage. Pour permettre un apport équilibré en protéines, les céréales et légumineuses doivent être associées au même repas et diversifiées. Dans ces conditions l'association céréale-légumineuse permet un apport protéique comparable à celui de la viande.

  • Consommation quotidienne d'oléagineux frais et crus : noix, amandes, noisettes, graines de tournesol, de lin, de sésame, de courge; pignons.

  • Consommation de poisson, produits de la mer, algues : deux à trois fois par semaine. Choisir ceux garantis sans antibiotiques, frais ; d'élevage ou de récolte biologique pour les algues.

  • Consommation de viande de qualité, avec traçabilité : deux à trois fois par semaine en cas de santé. Privilégier la viande blanche mais ne pas négliger la viande rouge pour son apport en fer. Son absorption est optimale en présence de vitamine C, ou lors d'un repas commençant par une crudité et accompagné de légumes et pommes de terre. En cas de maladie, la viande sera supprimée durant un à trois mois. Consommation en quantité modérée de produits laitiers : fromages maigres (sérac, chèvre frais), lait écrémé, séré. Eviter les fromages gras, beurre, crème, lait entier. Supprimer les produits laitiers UHT ou HP, indigestes. Choisir des produits pasteurisés et provenant d'élevages biologiques autant que possible.

  • Suppression éventuelle et +/- temporaire des produits laitiers dans les maladies majeures.

  • Consommation en quantité modérée d'œufs frais : deux par semaine. Ils sont digestes à la coque, mollets, pochés ou sur le plat sans corps gras. Le jaune doit être consommé liquide, le blanc solide. * Suppression des toxiques : tabac, alcool et autres ...

  • Suppression des produits artificiels : graisses dites végétales, margarines, sucres raffinés, édulcorants, additifs chimiques de synthèse, confiseries et chocolats industriels

 

La Crème Budwig - La Crème Budwig, Le petit-déjeuner vitalité

Par Hélène GIRARD et Danielle MAUCH 
Rencontres Kousmine à Dijon les 11 et 12 juin 2005

Après le jeûne nocturne, l’organisme a consommé une grande partie des substances énergétiques. Le petit-déjeuner doit permettre de se recharger en énergie avec des sucres rapides et lents de bonne qualité, de bons acides gras, des protéines, des vitamines et des minéraux.
La crème Budwig permet de rassembler tous ces éléments sous une forme agréable pour que notre corps puisse reconstruire ses cellules, se recharger en énergie et stimuler ses forces de guérisons.
Composée d’éléments vivants de premier choix, elle est une cure de jouvence offerte à l’organisme chaque matin et répond à tous les points forts d’une alimentation saine.
Faire sa crème Budwig tous les matins peut être le premier pas vers une alimentation plus saine et par là une meilleure santé.

RECETTE ORIGINALE DE LA CRÈME BUDWIG

  • 4 cuillères à café de fromage blanc maigre à 0%

  • 2 cuillères à café d’huile vierge biologique de première pression à froid riche en acides gras polyinsaturés (AGPI). (Madame Kousmine préconisait l’huile de lin)

Battre énergiquement l’huile et le fromage blanc pour émulsionner l’ensemble. On ne doit pas voir de traces d’huile.
Ajouter :

  • Le jus d’un demi citron,

  • Une banane mûre écrasée ou 2 c à c de miel,

  • 2 c à c de céréales complètes crues fraîchement moulues,

  • 1 ou 2 c à c de graines oléagineuses complètes crues, fraîchement moulues,

  • Des fruits de saison, entiers, en morceaux, râpés ou mixés.

Reprenons ensemble tous les ingrédients de la crème :

Le fromage blanc ou équivalent :
Il sert de liant et permet d’émulsionner l’huile. Suivant le goût et l’état de santé, on choisira : du fromage blanc biologique à 0%, ou séré maigre, des yaourts (biologiques ou au lait de chèvre ou de brebis, des yaourts au bifidus ou au K-phyllus).
En cas d’intolérance aux produits laitiers ou dans les maladies dégénératives, remplacer par : du fromage blanc de soja ou du yaourt de soja, du tofu frais, des laits végétaux… ou une compote de fruits doux.

Les huiles vierges de première pression à froid :
Point essentiel de la recette, l’huile vierge de première pression à froid, riche en AG poly-insaturés (de préférence riche en oméga 3) est essentielles pour le maintien d’une bonne santé. C’est elle qui donne à la crème Budwig ses propriétés thérapeutiques. Elle nous fournit les précieux acides gras insaturés, essentiels pour le bon fonctionnement de nos cellules (en particulier pour le système nerveux et la qualité de la muqueuse intestinale) et favorisent une bonne immunité (précurseurs des prostaglandines).
Ce sont des huiles fragiles qu’il faut conserver au froid après ouverture et consommer rapidement.
Les meilleures huiles pour la préparation de la crème Budwig :
L’huile de lin (en Allemagne et en Suisse) : irremplaçable pour les maladies liées à une déficience du système immunitaire et les problèmes intestinaux (constipation, diverticules…) Elle doit être consommée dans les trois semaines qui suivent son ouverture. On peut la remplacer par de l’huile de
Cameline ou de perilla.
Autres huiles de valeur : l’huile de noix, de germes de blé, de colza.

Le jus de citron :
Riche en vitamine C, B, P, en carotène, en pro vitamine A, en sels minéraux, il est antioxydant et alcalinisant malgré son acidité. Il favorise la fixation du calcium et des autres sels minéraux.
Il est antiseptique, bactéricide, tonique, hypotenseur et détoxiquant.

Les céréales :
Il est important de choisir des céréales complètes biologiques, pouvant germer.
Choisir une seule sorte de céréales à la fois, et les moudre juste avant utilisation pour éviter l’oxydation (l’idéal est un moulin à céréales à meules de pierre, à défaut, utilisez un moulin à café avec de petites pressions successives pour ne pas échauffer la mouture). Seules les céréales fraîchement moulues permettent à l’association fruits-céréales d’être digeste. Pour cette raison, ne pas utiliser de flocons de céréales achetés.
Les meilleures céréales pour la préparation de la crème Budwig :
Sarrasin : doux et émollient, riche en minéraux, sans gluten, vit P, lutte contre la diarrhée.
Avoine : fortifiante et stimulante (hiver), riche en phosphore, lutte contre la constipation.
Orge : rafraîchissante (été), riche en phosphore, favorise la lactation.
Millet : riche en vitamine A et en silice, reminéralisante, sans gluten.
Riz : équilibré, digeste, nutritif et sain, sans gluten.
Ne pas utiliser de blé ni de seigle.
Source de fibres et de sucres lents, de protéines, de vitamines du groupe B,
De minéraux, il est important de varier l’utilisation des céréales.

Les oléagineux :
Ils sont riches en Acides Gras Essentiels et en protéines (qui complètent celles des céréales), en vitamines B et en minéraux. Ils permettent de varier le goût de la crème.
On choisira un seul oléagineux à la fois : le lin moulu (vit F et mucilages), le sésame moulu (protéines et calcium), le tournesol (protéines, vit F, vit E), les noix ou amandes (protéines, calcium, magnésium, vit E), les pignons (vit B1, B2, PP, phosphore, fer, calcium), les noisettes, les graines de courges.
On peut suivant le cas moudre les graines ou les consommer entière (dans ce cas elles seront plus digestes si on les met à tremper pendant la nuit).
Les moudre favorise la digestibilité et l’absorption des protéines, c’est indispensable pour le lin et le sésame.
Comme pour les céréales, il est important de varier les oléagineux.

Les produits sucrants :
Il faut bannir le sucre blanc qui n’apporte que des calories vides, fait grossir, constipe et entraîne une dépendance : “le sucre appelle le sucre”. Il est en outre très acidifiant.
Choisir parmi les produits suivants :
• Banane mûre, biologique écrasée (potassium, fer, magnésium) ou miel non chauffé (minéraux, vitamines, levures, aliment reconstituant, vivant, de grande valeur),
• Sucre complet (c’est du jus de canne à sucre évaporé riche en sels minéraux),
• Raisins secs, dattes… en quantité modérée.
L’agent sucrant peut être supprimé, les fruits de saison sucrant parfois suffisamment.

Les fruits frais de saison :
Choisir des fruits doux et bien mûrs, non traités (et non irradié !! Car les rayons gamma détruisent les vitamines). Pour certaines personnes fragiles, l’addition de fruits peut entraîner des aigreurs, des ballonnements. Dans ce cas, il est indiqué de râper ou d’écraser les fruits et de les laisser quelques minutes à l’air avant consommation, ou alors utiliser des fruits cuits (à la vapeur) ou des compotes.
Une autre solution consiste à prendre la crème seule et à manger les fruits en fin de matinée.
Choisir des fruits de saison, et varier : pommes, poires, fraises, framboises, cassis pèches, abricots très mûrs, raisins…
Éviter les agrumes (trop acidifiant).

En conclusion, la crème Budwig permet de choisir de nouvelles habitudes alimentaires pour prendre en main sa santé. C’est une recette souple qui se prête aux goûts de chacun et qui permet de varier les petits-déjeuners.
C’est un petit-déjeuner entièrement cru d’une haute valeur nutritive qui apporte plus que la simple proportion en lipides, glucides et protides, elle apporte énergie, vitamines, oligo-éléments et sels minéraux.
C’est un apport calorique directement assimilable et utilisé tout au long de la journée.
Elle peut se consommer dés l’âge de 6 mois jusqu’à la mort!
Tout le monde en tirera profit : la femme enceinte et allaitante, le nourrisson et l’enfant en bas âge, les adolescents et les sportifs, les personnes en surpoids, les diabétiques, les malades et les convalescents, les allergiques, les personnes âgées.

Mais n'oublions pas ce que disait Catherine Kousmine : " Il ne suffit pas d'introduire la crème Budwig dans un régime par ailleurs erroné pour recouvrer la santé."

En cas de constipation : choisir l’avoine, puis l’orge, des graines de sésames ou de lin trempées ou moulues, de l’huile de lin ou de noix.
En cas d’intestins fragiles : choisir du sarrasin moulu avec des amandes puis du riz, de l’huile de tournesol
Pour les bébés : la crème Budwig convient particulièrement bien au petit enfant à partir de 6 mois. On choisira le sarrasin ou l’avoine, de la purée d’amandes, la pomme râpée, la banane écrasée.
Pour les enfants, les jeunes en période d’examens, les sportifs et les convalescents : elle leur permet d’être au mieux de leur forme physique et mentale et favorise la concentration.
On peut rajouter 1 cuillère à dessert de pollen qui contient tous les acides aminés essentiels, des vitamines, des hormones de croissance. Le pollen est minéralisant et complète admirablement la crème.
On peut ajouter un jaune d’œuf frais (complément protéique + fer).
On peut sucrer la crème avec du sirop d’argousier très riche en vitamine C.
Une variante salée : en remplaçant l’agent sucrant et les fruits par du sel marin, de l’ail et des aromates (ciboulette, menthe, persil, basilic…), on obtient une très bonne “sauce

 

Lavements & Instillations
Cette technique d'hygiène corporelle est connue depuis toujours, et fait partie de toutes les médecines traditionnelles, médecines où l'individu était encore perçu dans sa globalité. Au cours du développement de la médecine moderne, la vision de l'homme est peu à peu devenue parcellaire, et son approche globale s'est perdue. C'est la raison pour laquelle un dermatologue, ou un pneumologue ne comprendront pas de prime abord le bien fondé de l'hygiène intestinale pour soigner une acné rebelle, ou un asthme bronchique chronique. Mais il devient de plus en plus évident que les maladies chroniques ne se manifestent jamais à l'endroit de leur cause profonde. Ces causes sont de plus multifactorielles.

Dans cette optique, l'hygiène intestinale est un des moyens d'aider l'organisme à se ré équilibrer, moyens qui se révèle très efficace à la pratique, et qui trouve sa place dans une approche thérapeutique globale.

Le rôle du colon
La surface totale de nos intestins est d'environ 50 m2. C'est dire que nous sommes beaucoup plus en contact avec son contenu, qu'avec le monde qui nous entoure. Et à ce titre, nous devrions nous montrés beaucoup plus concernés par ce qui se passe dans notre intestin, et en particulier dans notre côlon. Le côlon est un organe excréteur qui ne sécrète pas de sucs digestifs. Il constitue la dernière étape du transit des matières, et sa mission consiste à amener vers l'extérieur les éléments de la nourriture qui n'ont pas été assimilés par l'organisme lors de la digestion. Son rôle principal est de résorber l'eau afin de concentrer les matières fécales qui sont encore à l'état liquide à leur sortie de l'intestin grêle. "Le mécanisme de concentration des matières fécales est d'une précision étonnante. Il faut que 86% de l'eau soit réabsorbés pour qu'une selle ait une consistance normale. Si 88% de l'eau sont réabsorbés, les selles deviennent trop dures et à 82% de résorption, elles sont trop fluides" explique la Dr.Kousmine.

La muqueuse intestinale
Dans l'intestin, la muqueuse de revêtement n'est formée que d'une seule couche cellulaire d'une épaisseur de 25 à 30 millièmes de millimètres. Immédiatement au-dessous de ce revêtement, se trouvent des capillaires sanguins et lymphatiques. Les matières que contiennent l'intestin grêle ne sont donc séparés du sang des capillaires que par une très fine membrane fragile, qui se renouvelle tous les deux jours. Cette couche cellulaire constitue donc un filtre fragile dont l'intégrité dépend de nombreux facteurs alimentaires: un excès de beurre (riche en acide butyrique), de graisses animales saturées, de graisses végétales raffinées et mortes, et surtout une carence en huiles vierges de première pression à froid riches en acides gras poly-insaturés la fragilisent et augmente la perméabilité des membranes cellulaires de tout l'organisme, et en particulier celles de l'intestin, qui est, nous l'avons vu, particulièrement mince.

"Lorsque la fine membrane de l'intestin a une structure normale, nous sommes suffisamment protégés contre la résorption éventuelle de microbes et de toxines, mais lorsque nous nous alimentons mal, cette membrane délicate devient anormalement poreuse et laisse passer à foison bactéries et poisons. Le foie qui reçoit le sang, et les ganglions lymphatiques dans lesquels se déverse la lymphe de provenance intestinale, fonctionnent à la façon de filtres. S'ils peuvent arrêter et neutraliser les germes et les toxines, il ne se passe rien, mais s'ils sont chroniquement débordés, des maladies graves apparaissent" (Kousmine).

L'état de l'intestin et les conséquences sur notre santé
La plupart des patients atteints de pathologies chroniques et dégénératives présentent des troubles intestinaux depuis de nombreuses années, bien avant même que ne se déclare la maladie chronique qui les amène à consulter. Le principal symptôme est la constipation chronique, qui amène à utiliser chaque jour des laxatifs. Le but des laxatifs (même ceux à base de plantes) est de stimuler chimiquement les membranes de l'intestin, les forçant à fonctionner. Par conséquent, les muscles du côlon s'affaiblissent toujours plus, créant une dépendance aux laxatifs. Très peu de personnes ont un transit intestinal normal.

Peu à peu, ces troubles digestifs chroniques perturbent la santé. Un certains nombre de symptômes peuvent être dus à une perturbation chronique du transit intestinal. Ainsi, il n'est pas surprenant que si vous présentiez des troubles digestifs chroniques, vous puissiez ressentir: fatigue, insomnie, problèmes nerveux et mentaux, douleurs menstruelles, arthrites. A long terme, le mauvais fonctionnement du transit intestinal peut même déboucher sur des maladies cardiaques, des cancers, des rhumatismes graves, des dégénérescences du tissu nerveux...

*** Une diminution de l'absorption des vitamines. L'intestin a besoin de 18 à 24 heures pour éliminer les matières provenant de la nutrition. Si le transit ne se fait pas correctement, il se dépose des déchets qui peu à peu tapissent les parois intestinales à certains endroits. Selon le Dr Irons, spécialiste américain de l'Hygiène Intestinale, "Ces dépôts de matières fécales peuvent atteindre plusieurs centimètres d'épaisseur et avoir une consistance d'un pneu ! Ces déchets peuvent à la longue empêcher l'absorption et la pénétration dans l'organisme des vitamines et des sels minéraux. Les troubles intestinaux chroniques peuvent ainsi être à l'origine d'une carence nutritionnelle, indépendamment de la qualité de la nourriture, ou de la quantité de vitamines absorbées". Il serait dommage de prendre soin de corriger son alimentation, de prendre des vitamines, et d'en limiter l'efficacité simplement parce qu'on néglige d'avoir une bonne hygiène intestinale !

*** L'excès de mucus masque des symptômes allergiques. Au cours de ces dernières années, on a mis en évidence que de nombreuses protéines alimentaires pouvaient être responsables de beaucoup de problèmes physiques et psychologiques (allergies cérébrales). La surconsommation d'un aliment est une première cause d'allergie alimentaire. Tout aliment consommé quotidiennement risque d'être responsable d'allergie, surtout si on a l'impression de ne pouvoir s'en passer. Ceci est particulièrement vrai pour les aliments déficients d'un point de vue nutritionnel (chocolat, farine et sucre blanc, café, colorants alimentaires...).

L'intestin sécrète alors un mucus pour se protéger contre ces substances. Cette couche de mucus intestinal réduit l'absorption des substances allergisantes, protégeant ainsi la personne, mais des allergies cachées remplacent alors les réactions allergiques manifestes qui pourraient survenir lors de l'absorption de l'allergène.

*** Une autre conséquence est l'irritation chronique des parois intestinales par la stagnation des matières, ce qui entraîne une inflammation et des spasmes. Cet état va encore perturber le transit et aggraver les carences nutritionnelles.

*** Mais la conséquence la plus grave est sans doute l'empoisonnement toxinique chronique, lié au développement de germes pathogènes. Il se produit une véritable auto-intoxication.

 

Les compléments alimentaires
le corps ne peut pas synthétiser certaines vitamines et les oligoéléments qui doivent obligatoirement être apportes par la nourriture. Ces micronutriments sont souvent négligés par les praticiens, malgré les nombreuses études scientifiques récentes.

 

Vitamines hydrosolubles
La Vitamine C (acide ascorbique), décrite depuis des années, pénètre dans la plupart des tissus et a des effets multiples seule ou en synergie avec d'autres. On recommande un apport de 1 à 3 grammes par jour en doses fractionnées.
Les vitamines du groupe B
Vitamine B1 ou thiamine (tissus nerveux, symptômes de fatiRUe nerveuse et musculaire, de polynévrite, etc.)

Vitamine B2 ou riboflavine (respiration des cellules, indispensable. à la croissance, aux muqueuses, épithéliums, cellules sanguines)
Vitamine B3 ou nicotinamide (processus respiratoires cellulaires, métabolisme hormonal)
Vitamine B6 ou pyridoxine (métabolisme des acides aminés, membranes cellulaires, acides nucléiques)
Vitamine B12 ou cyanocobalamine (croissance cellulaire), acide folique, tnosïtot, biotine ou vitamine H (muscles et peau)

 

Vitamines liposolubles
La vitamine A regroupe les différents rétinoïdes (rétinol, acide 13-cis-retinoic, bêta-carotène : différentiation et maturation cellulaire, croissance cellulaire)
La vitamine E ou alpha-tocophérol est un anti-oxydant majeur, q1,1i,agit directement sur les radicaux libres en synergie avec le selemum et la vitamine C.
La vitamine D, agit dans le cadre de la croissance et du maintien des tissus.
La vitamine F, qui regroupe les acides gras poly-insaturés oméga 3 et oméga 6. Certain de ces acides gras sont dit 'essentiels' car le corps ne sait pas les synthétiser (acide linoléïque et alpha linolénique). La vitamine F est de prime importance dans les régulations immunitaires, inflammations chroniques infections récidivantes, la perméabilité des membranes cellulaires ... Des doses quotidiennes de 30 à 50 grammes sont nécessaires, par voie orale (huiles de première pression à froid en dessous de 40° C.), rectale (instillations) ou injectable intramusculaire (IN-F).

La vitamine K, primordiale dans la coagulation.
Importance de la vitamine F ou Acides Gras Poly-insaturés oméga 3 et oméga 6. L'intérêt des acides gras poly-insaturés (AGPl) et leur action de régulation naturelle de l'inflammation ont été mis en avant par le Dr Kousmine. Depuis, ceci a été confirmé et bien documenté la communauté scientifique.
Administrés par voie orale, les AGPI doivent être émulsifiés par les sels biliaires pour être bien absorbés par les intestins.
Ils jouent un rôle essentiel dans le métabolisme de défense des membranes cellulaires et notamment dans la synthèse des 'prostaglandines', pseudo-hormones, fabriquées à partir de l'acide linoléïque, de l'acide alpha-linolénique et de l'acide arachidonique. L'acide linoléïque, après transformation en acide di-homo gamma linolénique, donne les prostaglandines de type 1.
L'acide alpha linolénique, après transformation en acide eïcosapentaénoïque (EPA) et docosahexaénoïque (DHA), donne les prostanglandines de type 3.
L'acide arachidonique, lui, donne les prostanglandines de type 2.
Le mode d'action est celui de médiateurs naturels de l'inflammation (en stimulation ou en apaisement.) Les prostaglandines de type 2 sont pro-inflammatoires. Celles de type 1 et 3 sont anti-inflammatoires.
Les sources résident principalement dans les huiles garanties de première pression à froid : huile de lin, cameline, noix, tournesol, germes de blé, onagre, bourrache ....


D'autres modes d'administration complémentaires peuvent être utilisés :
- le rinçage de la bouche avec de l'huile de tournesol
- les instillations rectales (60cc d'huile de tournesol), après les lavements, qui permettent d'apporter les AGPI directement au contact de la muqueuse.
(Ces instillations rectales, contraignantes, sont délaissées actuellement au profit d'injections intramusculaires profondes d'lN-F.)

Le Dr Kousmine a développé des formes injectables de vitamines qui sont utilisées dans le cadre de la Méthode Kousmine.

 

Dynamique acido-basique
Les liquides extracellulaires non circulants (le mésenchyme) baigne les organes et permet l'alimentation et l'hydratation des tissus, l'élimination des déchets métaboliques. Son rôle est important dans le tissu conjonctif. L'organisme produit naturellement des acides qui s'ils ne sont pas élimines (manque de vitamines, d'oligo-éléments) ou en cas de surcharge (alimentation, métabolisme déficient), seront stockés dans 1e tissu conjonctif.

Le pH mesure le degré d'acidité ou d'alcalinité : acidité croissante de 7 à 0, neutralité à 7, alcalinité croissante de 7 à 14. Des papiers réactifs - changeant de couleur lorsqu'ils sont trempés dans Ul) liquide - indiquent la valeur du pH selon une échelle colorimétrique.

Les systèmes impliqués dans la régulation du PH sont : l'appareil digestif, le sang, les tissus mésenchymateux, le foie, les reins (élimination des acides non-volatiles -acides forts- provenant de la dégradation des protéines animales) et les poumons (élimination des acides volatils -acides faibles- issus de la dégradation des protéines végétales).

Une nourriture carnée est plus acidifiante qu'un régime végétarien. Une alimentation équilibrée comportera  avant tout des crudités, des légumes, des céréales, des légumineuses et des fruits.

Le mésenchyme agit comme une éponge métabolique qui entrepose les déchets acides non éliminés durant la journée (notamment les acides forts) et les remet en circulation pendant le sommeil pour permettre leur élimination par les reins. Les symptômes de l'acidose tissulaire chronique sont : fatigabilité, perturbations du sommeil, régurgitations acides, perturbation de t'appétit, constipation, migraines, peau grasse, langue chargée, transpiration, moindre résistance au froid, douleurs musculaires, etc. ..


Toute maladie chronique s'accompagne d'acidose tissulaire: les rhumatismes, le diabète, les affections rénales et vésicales, autres ...

Sur le plan pratique, il faut acheter en pharmacie des bandelettes de papier réactif de contrôle du pH et mesurer le RH urinaire trois fois dans la journée. Des valeurs inférieures à 7 ou 7,5 indiquent une surcharge en déchets métaboliques acides dans les tissus.

La correction de l'alimentation est indispensable. Mais il est souvent nécessaire de prendre des citrates alcalins, sous surveillance médicale. Divers produits alcalinisant sont recommandés par la Fondation

 

La réhabilitation immunitaire

 

S'inspirant des méthodes d'allergologie et de désensibilisation, le Dr Kousmine pensait déplacer au niveau de la peau, à l'endroit de l'injection, la réaction immunitaire qui se situe au niveau des articulations lors des rhumatismes chroniques par exemple, et qui est responsable du processus inflammatoire.

Elle eut l'idée d'utiliser des souches microbiennes issues des différentes préparations pharmaceutiques du commerce de l'époque : Tuberculine Berna, Staphypan Berna (staphylocoques), vaccin colitique Astier (colibacilles), CCB Pasteur (streptocoques et pneumocoques), Annexine Berna (gonocoques, strepto & staphylocoques), Pertussin Berna (coqueluche).

Le Dr Kousmine pratiquait une injection intradermique sur les avant-bras avec chaque produit afin de déterminer lesquels pouvaient être utilisés pour la désensibilisation.

Après un travail de recherche, cette approche a été réévaluée scientifiquement et a beaucoup évolué. Elle se présente actuellement sous forme de mélanges d'antigènes ciblés en fonction des pathologies.
Il en existe quatre:
MAS CK RESP & ORL
MAS CK LS (large spectre)
MAS CK INTEST
MAS CK UROGYN

Chaque kit est composé de 6 flacons stériles de 20 ml, numérotés, et contenant un mélange de souches bactériennes en dilutions croissantes. La prise de ces antigènes se fait oralement.

Le but de cette technique est d'obtenir, grâce à un mélange antigénique suffisamment actif, une modulation de la réaction antigène anticorps et une relance immunitaire normale du sujet malade.

Avec la variété des souches utilisées, il est parfois possible de trouver exactement l'agent en relation avec la maladie et d'avoir ainsi une plus grande spécificité dans le traitement. C'est en particulier le cas de certains asthmes, de rhumatismes ou de rhinites vasomotrices.

Dans la grande majorité des cas, l'amélioration clinique et biologique se dessine peu à peu au cours du traitement, et le médecin peut suivre cette amélioration par des contrôles biologiques appropriés.

Cinquième pilier du traitement du Dr Kousmine, la cure d'immuno-modulation bien menée est très efficace et donne généralement des résultats spectaculaires. Elle ne doit cependant pas être entreprise si l'inflammation est élevée, ou si l'intestin n'a pas été préalablement préparé. Elle ne peut donc être proposée que dans le cadre d'une prise en charge globale.

La technique utilisée est simple, fiable, et obéit à un protocole rigoureux et reproductible pour chaque patient. Il n'y a pas d'effets secondaires ni de contre-indication.

Vous trouverez le fascicule pratique dans la zone de téléchargement

 

Le psychisme

Conscience et responsabilité doivent devenir les deux mots d’ordre de notre époque en ce qui concerne notre santé. Cette responsabilité d’abord individuelle par une alimentation saine, une vie saine, la prise de vitamines et d’oligo-éléments aux changements de saisons pour faire contre-poids aux pressions de la vie moderne (stress, pollutions diverses, alimentation non biologique…) deviendra familiale. Enseigner une alimentation saine à ses enfants, qui préservera leur santé dans le présent et l’avenir, c’est mettre de la conscience dans son sentiment. Enfin seulement cette responsabilité pourra être sociale, collective, permettant de corriger certains agresseurs de notre immunité : polluants, herbicides, colorants, conservateurs, toxiques divers.

Il a fallu que la couche d’ozone qui protège la terre soit sérieusement mise en danger par les aérosols divers pour que des mesures soient prises au niveau collectif, en interdisant les dits produits.

Or nous en sommes là au niveau de notre santé : de nouvelles maladies arrivent, les maladies favorisées par un affaiblissement de notre immunité dont une des principales causes est notre comportement général, et dans notre comportement alimentaire en particulier.
Mais l’individu n’est concerné que lorsque un cas de maladie grave touche l’un de ses proches, avec lequel il est affectivement lié… c’est ainsi !
Le message du Dr KOUSMINE est donc d’abord pour le médecin. Il lui est possible de faire du système immunitaire un allié dans le processus curatif plutôt que son ennemi, et d’utiliser l’alimentation comme une arme thérapeutique efficace. Il n’en tient qu’à lui. Cela sera vraisemblablement une évidence dans quelques années. Alors KOUSMINE est venue trop tôt ? Non, mais comme c’est souvent le cas pour ceux qui portent une nouvelle : ils sont peu compris et d’abord combattus.

Extrait de : La Méthode KOUSMINE – Editions Jouvence

 

logo kousmine